29 ans, rien de spécial… Sauf quand c’est à DDU!

Samedi dernier 26 Août marquait mon passage aux 29 années révolues (et donc mon entrée dans la 30ème, mais ça j’en parle pas!). Inutile de dire que je me souviendrai de cette journée.

La veille au soir, entre deux messes basses classiques quand on prépare un anniversaire, Elodie me propose de l’accompagner le samedi matin lors de ses dissections de poussins Empereurs. Elle récupère régulièrement des cadavres de poussins pour en faire des prélèvements (foie, estomac, plumes) qui sont ensuite conservés au frais en attendant d’être envoyés dans les labos de métropoles. Cela passe par une dissection minutieuse et délicate car, au cours de l’opération, il faut éviter d’endommager les organes (s’ils ne le sont pas déjà du à la cause de la mort du poussin) et de percer certaines parties comme la vésicule biliaire, pour ne pas contaminer les organes à prélever, et accessoirement s’éviter des odeurs nauséabondes…

J’arrive donc à 9h le matin de mon anniversaire au laboratoire Biomar, où travaillent les filles de la TA67, Elodie et Coline. Les poussins sont là, les outils aussi. Impossible de ne pas avoir un petit pincement au cœur pour ces pauvres petites créatures qui n’ont vécu que quelques jours. Mais impossible aussi de se laisser déborder par ces sentiments lorsqu’on est ornitho, ou plus largement biologiste. Etudier les animaux passent aussi par des étapes moins réjouissantes, qui s’avèrent pourtant essentielles d’un point de vue scientifique. Alors qu’Elodie m’explique le déroulement de la dissection, j’entends Coline déserter le labo quelques minutes après mon arrivée. Et je comprends alors que cette matinée sert aussi d’alibi aux autres personnes de la base pour finir mes cadeaux pendant que je suis occupé toute la matinée. J’en rigole car j’ai moi-même usé de ces stratagèmes pour beaucoup de mes camarades. Les cadeaux se finissent toujours au dernier moment à DDU…

Les dissections s’enchaînent, Elodie prélève les organes pendant que je m’occupe des plumes et vide ensuite les estomac pour compter les cailloux (oui les cailloux!) avalés par les poussins. Je constate de façon très surprenante que ces cailloux représentent presque 10% du poids du poussin: 30 grammes sur 300 à 350 grammes. J’observe ensuite Elodie, dont les gestes se font de plus en plus précis avec le temps, elle a déjà disséqué presque 50 poussins. Sa précision en est presque glaçante de froideur, ce qui contraste avec le naturel enjoué d’Elodie. Pourtant à bien y réfléchir cela révèle au contraire le profond lien qu’elle entretien avec ces animaux qu’elle accompagne des heures et des heures chaque jour dans le froid depuis des mois. Elle parle peu, son application est comme son dernier hommage à ses poussins morts dont elle a vu les parents arriver, s’accoupler, pondre, couver et se passer les oeufs dont il sont sortis.  Elle est engagée comme personne dans son travail, comme toujours, et je l’admire pour cela. Nous passons une agréable matinée, entrecoupée de petites blagues et autres discussions, nous sommes tous les deux assez bon public là dessus.

Le reste de la journée est consacré au repas que je prépare pour le soir avec Aurélien et Yohann. Repas ayant pour thème le moyen-orient et la méditerranée: nan, baklava, humus, tajine, corne de gazelles, zlabia, makrouts, gâteaux iraniens et autres spécialités seront mon repas d’anniversaire!

Le soir après le repas, les cadeaux me sont offerts. Je suis impatient de découvrir le fruit de l’imagination et de l’ingéniosité de mes amis! Il faut dire que chaque anniversaire ici est l’occasion de s’amuser à fabriquer des choses, car ici pas de boutiques… Entre autres cadeaux, Coline et Louis m’ont dessiné sur un grand drap les constellations de l’hémisphère Sud, c’est très beau et rend très bien! Ils savent que je passe le plus clair de mon temps le nez dans les étoiles à observer les constellations. Coline m’a même préparé un guide des constellations, racontant leurs histoires, leurs mythologies, leurs places dans la ciel et les particularités des étoiles les composants comme l’étoile du pistolet dans la constellation du Sagittaire, étoile la plus lumineuse et la plus massive de notre galaxie (brille comme 40 millions de soleil!), Altair (dans la constellation de l’aigle), qui tourne sur elle même en 6h à presque 200 km par seconde, contre 26 jours pour le Soleil ou enfin l’étoile de Barnard (constellation du Serpentaire) qui se rapproche de nous à plus de 100 km par seconde et sera dans 10 000 ans l’étoile la plus proche de nous. Bref vous l’avez compris, tout cela me fascine.

J’ai également reçu un trophée du micro d’or de la part de Serge, faisant référence à mon poste d’animateur radio avec Elodie, une pinte customisée qui s’allume en vert et colore la boisson à l’intérieur dès que je soulève le verre! (merci Kevin et Etienne), une photo argentique de notre doué photographe François accroché sur un support en bois faisant office d’éclairage (vert comme mon laser) rechargeable par usb (etienne et Yohann), des baguettes pour batteries maintenant que je prends des cours de batterie auprès d’Etienne.

Je ne cite pas tout car cela prendrai encore des tonnes de lignes de lignes et puis certains doivent rester secrets je pense… La suite de la soirée: musique de tout style jusqu’au petit matin. J’ai pris le temps (enfin non pas vraiment) de faire un tour des derniers survivants et de faire quelques photos avec eux en rafales. Elles sont mal cadrées et parfois floues (forcément à 3h du mat en mode selfie avec un reflex…), mais elles figent des moments bien plus importants que la qualité de l’image et montrent des personnes qui m’ont offert un bel anniversaire et qui plus largement sont aujourd’hui de vrais amis.

Salut les boys (Kevin et Dorian)

 

Salut Alex!

Salut Coline!

Les boys Etienne et Kevin

Le lendemain, bien qu’un peu tous fatigués, Coline nous propose une balade vers les îles (plutôt îlots) Florence, à 4 km de la base, situées le long de la langue du glacier de l’Astrolabe, dans une zone appelée le « chaos » en raison d’un relief très accidenté, fruit de la rencontre de la banquise et du glacier se jetant. Cette balade est pour elle un repérage: en effet les phoques, bientôt de retour autour de DDU, se trouvent souvent dans cette région de la banquise, où pullulent les « rivières ». Les rivières sont des affaiblissement de la banquise qui cachent sous une fine couche de neige peu dense  l’eau de l’océan austral sur de fins couloir généralement de 30 à 80 cm de large. Ces rivières sont dangereuses pour nous (certains y sont déjà tombés, résultat une petite peur et un grand froid) mais vitales pour les phoques qui profitent de ces réseaux pour se balader sur des centaines de kilomètres sous la banquise. Sur le chemin du retour, le coucher du soleil et un vent catabatique descendant le continent nous ont  offert un beau spectacle, même si nous étions content que ce catabatique ne se dirigeait pas vers nous car on sait ce que ça donne maintenant les tempêtes en Antarctique… La suite de cette balade en photos!

4 manchots dans le vent

Dorian et Kevin

Sondage de l’épaisseur de la glace

« La dent »

Le chaos

Coline et Elodie observent l’état du « chaos »

Un iceberg pris dans les glaces

Le chaos

Le chaos

Le chaos et le glacier vus depuis Florence

Etienne en pause Playmobil

Avec Etienne devant le glacier. Photo: Jérémy Lasmartres

 

Coucher de soleil

Vent catabatique

Vent catabatique

Vent catabatique

Vent catabatique

Photo de groupe! Photo: Jérémy Lasmartres

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "29 ans, rien de spécial… Sauf quand c’est à DDU!"

Me notifier des
avatar
Kewin
Invité
Kewin

Bon voilà, tu ne rentreras pas dans le club des 28. Pourtant t’as tout donné niveau risques en partant là bas et en te baladant sur la banquise par -8000 ^^

Coulongeat Léo
Invité
Coulongeat Léo

Incroyable les photos de ces vents catabatique !
Les déserts froids ont l’air passionnant …
Enjoy, bis

Léo Coulongeat
Invité
Léo Coulongeat

Incroyable ces vents au coucher de soleil ! Ca donne presque envie de quitter les déserts chauds :).
Enjoy!

Dominique
Invité
Dominique
Bonjour Erwan, joyeux anniversaire et merci pour le reportage et les belles photos. Merci aussi pour le lien au sujet du vent catabatique, qui a l’aire d’être le synonyme de cataclysme ou catastrophe! On va essayer de l’utiliser dans la conversation! on voit que votre équipe est très soudée, ça… Read more »
wpDiscuz